Liens Utiles




 



 









Médiums, médiumnité et développement médiumnique Imprimer Envoyer
Mardi, 25 Avril 2017 19:17

Nombreux sont les candidats au développement des facultés médiumniques, et qui recherchent exclusivement les expressions phénoménologiques.

Ils croient que les forces spirituelles sont restreintes au mécanisme de forces aveugles et fatales, dispensant ainsi la préparation et la discipline.

Ces médiums doivent prendre conscience de l’utilité et de la grandeur de leurs facultés médiumniques et se dédier, le plus possible, à l’étude et à la spiritualisation, réservant un temps pour le recueillement et la méditation. Ces mesures perfectionnent la vision intérieure et favorisent la syntonie harmonieuse avec la spiritualité ...

... les rendant aptes à servir d’intermédiaires aux bons Esprits.

D’innombrables facultés précieuses se sont corrompues par manque de précautions indispensables, comme celles que nous avons citées.

Elles ont été dilapidées par les intérêts immédiats, par la légèreté, par l’empressement et, ainsi, n’ont produit que de mauvais fruits.

L’un des grands obstacles à un développement satisfaisant de la médiumnité est l’empressement, la nature ne faisant pas de saut. Léon Denis, dans son livre Dans l’Invisible, affirme :

La bonne médiumnité se forme lentement, dans l’étude calme, silencieuse, recueillie, loin des plaisirs mondains, loin du bruit des passions. Après une période de préparation et d’attente, le médium recueille le fruit de ses persévérants efforts, il reçoit des Esprits élevés la consécration de ses facultés, mûries dans le sanctuaire de son âme, à l’abri des suggestions de l’orgueil. S’il garde dans son cœur la pureté d’acte et d’intention, il deviendra, avec l’assistance de ses guides, un coopérateur utile dans l’œuvre de régénération qu’ils poursuivent.

La médiumnité est une question de syntonie ; notre esprit sera toujours connecté aux esprits qui vibrent sur la même fréquence ; ainsi, nos compagnies spirituelles ne seront pas celles que nous désirons, mais celles que nous méritons selon la loi d’attraction qui régit l’univers. Il est vrai que le phénomène médiumnique en soi, pour se manifester, dispense la discipline et les règles de comportement, mais on ne peut en dire de même quant à la qualité des communications et au niveau moral des Esprits communicants.

Jésus nous a enseigné : à chacun selon ses œuvres. Ainsi, nous ne pouvons nous attendre au bonheur en semant la souffrance, demander de l’amour en semant la haine, désirer des échanges avec le plan spirituel sans valoriser les échanges dans le domaine du travail quotidien.

Pour obtenir un échange sain avec le plan spirituel, il faut avant tout apprendre à valoriser les échanges avec ceux qui cheminent avec nous sur le plan physique. Nous ne devons pas nous candidater aux grandes tâches avant d’accomplir les petites.

En tant qu’Esprits en évolution, et plus spécifiquement dans la condition de médiums, nous trouverons dans la vie un test aux choix multiples sur le chemin à suivre, mais un seul est le plus sûr pour notre croissance et notre libération spirituelle. Jésus est le chemin, la vérité et la vie, et pour cela, nous ne pouvons dissocier la pratique médiumnique des principes éthiques et moraux de son Évangile. Sans Jésus, la médiumnité se transforme en un simple instrument permettant les échanges d’informations avec le plan spirituel, mais pouvant aussi se transformer en source de perturbation et de malheur.

Souvent, manquant de vigilance, plutôt que de cultiver les qualités positives des réalisations avec Jésus et de transformer la médiumnité en un marchepied pour leur élévation spirituelle, beaucoup de médiums répondent à des intérêts moins dignes et ouvrent la porte à de cruelles obsessions. Celui qui met la médiumnité au service des intérêts immédiats et de la légèreté au lieu de l’éducation et de la responsabilité, contracte des débits qui demanderont des réincarnations réparatrices, marquées par les regrets et les douleurs.

La médiumnité est l’expression de l’Esprit immortel ; les guides spirituels enseignent que le médium qui désire la développer doit comprendre qu’il faut d’abord qu’il s’améliore lui-même ; s’il aspire au développement supérieur il doit d’abord renoncer aux plans inférieurs ; s’il souhaite les échanges avec des Esprits élevés, il doit augmenter ses connaissances et développer les lumières du raisonnement ; s’il attend la compagnie de saints, il doit se sanctifier dans la lutte quotidienne.

Combien de médiums désirent la compagnie d’Esprits supérieurs sans réaliser l’effort nécessaire pour leur propre amélioration ! On ne peut concevoir l’intégration des Esprits éclairés avec les âmes fortement accrochées aux manifestations grossières de l’existence physique. Ainsi, avant de chercher à développer prématurément les facultés psychiques, chacun doit chercher à progresser dans la vertu et l’amélioration des sentiments ; avant de vouloir être un bon médium, soyez un médium bon, dévoué et conscient.

Celui qui souhaite accomplir son travail de médium et réellement développer la médiumnité, doit mettre la phénoménologie au second plan et s’attacher à son développement d’Esprit immortel.

Article paru sur la Revue Spirite du 1er Trimestre 2017
Par F. Altamir da Cunha, Reformador, janvier 2014


Références :
DENIS, Léon. Dans l’Invisible. 1° partie, chapitre 5, Éducation et rôle des médiums.
XAVIER, Francisco Cândido. Missionnaires de la Lumière.

 

 

 
Home Nouvelles Médiums, médiumnité et développement médiumnique